En se promenant un peu sur les sites internet « collaboratifs » on ne peut que s’étonner du décalage croissant entre les techniques permettant l’expression de tout un chacun et la capacité à utiliser ce qui est exprimé.

Non pas que les propos soit a priori sans intérêt mais plutôt que leur diversité les rend totalement inopérants. Râleurs, créatifs, bavards égocentriques ou simplement utilisateur de bonne volonté… tous se retrouvent pour donner de la matière à des community managers qui répondent comme ils peuvent et font remonter ce qu’ils peuvent à des entreprises qui piochent 2 ou trois suggestions et fichent le reste à la poubelle.

L’avantage de cette pauvre expression est que tout le monde est content. Le client a dit ce qu’il avait à dire, l’entreprise s’estime « responsable » en l’écoutant et peut même glaner des idées pour l’aider à progresser….

Mais fallait-il 20 ans de développement d’internet pour en arriver là ?

Et pourtant il est possible d’utiliser cette volonté participative qui ne demande qu’à s’exprimer. Encore faut-il l’organiser pour co-construire des solutions. La richesse première du participatif ce n’est pas que chacun arrive avec SA solution, comme on arrive avec son sandwich dans l’auberge espagnole mais que, collectivement, LA BONNE solution se construise et se partage. Pour continuer la métaphore, chacun doit arriver avec ses ingrédients pour élaborer la recette originale qui plaira au plus grand nombre.

Comment y parvenir ? Simplement en s’appuyant sur les méthodes qui ont fait la force du travail d’équipe, aujourd’hui totalement transposables en ligne. S’exprimer, s’écouter se mettre d’accord, utiliser les idées des autres pour en proposer de nouvelles et choisir les solutions les plus adaptées ensemble.

Si ces pratiques requièrent un peu plus de temps des participants (qui ne demandent souvent pas mieux) elles supposent aussi que les entreprises soient prêtes à entendre… et à mettre en œuvre des solutions innovantes différentes.

C’est à cette condition que le « cause toujours » de l’internet prétendument collaboratif peut se transformer en « tu m’intéresses » porteur de valeur pour tous.

Your Turn To Talk

Leave a reply:

Your email address will not be published.